French Manucure

by Summer

supported by
/
  • Immediate download of 8-track album in the high-quality format of your choice (MP3, FLAC, and more), plus unlimited mobile access using the free Bandcamp listening app.

     €5 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD)

    Includes immediate download of 8-track album in the high-quality format of your choice (MP3, FLAC, and more), plus unlimited mobile access using the free Bandcamp listening app.
    ships out within 7 days

     €10 EUR

     

1.
2.
03:18
3.
4.
03:42
5.
6.
03:04
7.
8.

about

Tracks listening

1- Sombre Timide

2- Market Core

3- Pénétration

4- Dur Facile

5- Age Christique

6- Marx Dormoy

7- Erreur Faciale

8- Salon de Coiffeur

tous titres summer

jean: voix
louima: guitares, beats, bass machines, synthés
marion: claviers

enregistrement & mixage: Louis-Marie Galtier
mastering: Rudy Coclet (Jet Studio, Bruxelles)
artwork: summer
merci à Thomas Adda, Musiques Tangentes, Rudy Coclet, Olga Iwogo, Déborah

(...) French Manucure est un manifeste pour réveiller les consciences, celles embrumées par la routine, assommées par la médiocrité. Une œuvre qui saigne, la chair à vif, empreinte d’une douleur à la fois sourde et galvanisée, comme Pornography en son temps (...)
John Trent - Indie Rock Mag
www.indierockmag.com/article22259.html

" (...) French Manucure reste un album percutant, brut de décoffrage et proprement dévorant. Incontournable (...)
Fabien Pondard - Liability Webzine
www.liabilitywebzine.com?ac=non&contenu=viewchr&id=4828‎

« Aussi désenchanté et inconfortable qu’abrasif et stimulant (...) Sombre, désabusé, clairvoyant, beau»
Benzine Magazine

"(...) L’écoute de French Manucure n’est pas une partie de plaisir et ne peut laisser indifférent. La puissance sonore, le climat oppressant, les strates musicaux empilés font du disque une oeuvre au noir particulièrement fascinante (...)"
Denis Zorgniotti - La Magic Box
90plan.ovh.net/~lamagicb/visuArticles.php3?typeArticle=9#4540

"(...) De « Sombre timide » à « Pénétration », de « Dur facile » à « Age christique » ou encore de « Max Dormoy » à « Salon de coiffeur », c’est avec un sentiment partagé entre la surprise, la réserve et parfois une certaine incompréhension que l’on aborde l’écoute d’un album qui a su rester droit dans ses bottes et suivre fidèlement la route choisie par Summer (...)"
Fred Delforge - Zicazine
www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=10233

"(...) Summer ou comment prendre le rock français par le fondement et avec classe (...)"
Rockoh - La Blogothèque
www.blogotheque.net/bloc/french-summer-manucure/

"(...) on s’embarquera alors dans une expérience très souvent inconfortable, qui fait mal dans les entournures mais qui, comme une lumière au fond couloir, sait aussi redonner foi en une certaine humanité (...)
Jérôme Gillet - Froggy's Delight
www.froggydelight.com/article-12977-Capture_Summer_Cult_Of_Luna.html

(...) ne croyez pas que Summer soit un disque lumineux c’est plus une éclipse de soleil, un disque autour des orifices, un disque cherchant à s’enfiler, rentrer perversement dans nos têtes comme une perversion qui se montrerait au grand jour (...) Attention, danger à découvrir d’urgence (...)
Gérald De Oliveira - A Découvrir Absolument
www.adecouvrirabsolument.com/chroniques/labelises/summer.html

(...) L’espoir est peut-être là mais il faut le chercher dans des méandres saturés d’électricité. La guitare est grinçante, noyée dans des nappes distordues qui se rattrapent aux textes sombres de Summer. On se perd dans cet univers asphyxié et fascinant. Et pourtant on y revient poussé par une envie incontrôlable de sadisme (...)
K-Fuel
kfuel.org/radio/playlist28032013

(...) L’écoute est effectivement assez complexe. On est embarqué dans un monde brut qu’on connaît peu finalement. Les paroles sont d’une profondeur assez rarissime (...)
Amalgame Musique
amleblogdesredacs.wordpress.com/2013/11/08/summer-ca-passe-ou-ca-casse/

(...) Conseil de la rédaction : ne vous fiez pas au nom du groupe (...)
Désimposture

credits

released 12 January 2013

tags

license

feeds

feeds for this album, this artist
Track Name: Sombre Timide
je rie pas, je pleure pas, je n’dis rien
sur un sticker collé à sa porte il est écrit :
mon amour ne me quitte pas
au dessous
les voisins entendent souvent claironner
Steven Patrick Morrissey
mais plus trop les râles d’extase
d’il y a quelques semaines à peine
au dessus
il n’y a personne
dans son lit
un souvenir
8h/18h, heure de bureau
décroche de toute fibre artistique
dégoter un emploi stable
des compromis, des abnégations
des dilemmes qui n’accablent
que les garçons romantiques et les filles
amoureuses
comme une salve ardente
qui frappe et qui foudroie
tu te laisses envahir par les promesses d’un
temps
les mauvais jours sont derrières
il n’y a plus rien à regretter
tu te dis : c’est un piège, un stratagème élaboré
mais voler des instants de bonheur
est un privilège qui n’a rien d’opportuniste
à chaque jour sa dose d’allers et retours
incessants
au seul nom de l’éphémère
bien sûr tu vas clamser
tu le sais et tu t’en fous
et autour de toi les gens disent :
tu offres un sprint à ton coeur, gare au forcing
mais qu’importe la dégringolade
tant que tu connais le fin mot de l’histoire
les amis t’injurient, te voient en irresponsable
tu souris et tu penses :
mieux vaut s’enivrer vite et sans espoir
que trop longtemps sans dépendance
une enfant nommée Adèle H est même
programmée
elle pourrait finalement s’appeler VIH
mais ce n’est même pas un sujet à débats
ni même une inquiétude
juste une prise de conscience qui se fourvoie et
s'anéantit
dans une suite d’accords déraisonnés
n’ayant cure d’un quelconque séjour hospitalier
les instants se suivent et ne se ressemblent
jamais
dans la chaleur de l’été
les amants délibérés devront quoiqu’il arrive
finir par encaisser
une main tendue
des lèvres gloutonnes
des mots trop crus
des déclarations pour aphones
un matin tu te réveilles tout transpirant
qu’as-tu dit hier pour à ce point démanteler tes
pensées ?
qu’as-tu fait hier pour aujourd’hui ne plus croire
en ce rien ?
le sacrifice est un shoot bref et intense
qui se suffit à lui-même
une inconsciente euphorie en territoire dévasté
un pacte diabolique qui te servira de fierté
il y a du mensonge dans l’air
la sauvegarde d’un idéal qui n’existe pas
tu poses un disque sur la platine et les peroxydés
new-wave te font pleurer
c’est normal, c’est naturel
à trop vivre loin de la fatalité
on en oublie parfois que la facticité a du vrai
tu sors boire un verre, puis deux, puis trois
au retour rien n’est pareil
les murs ont rétrécis
Track Name: Market Core
comment puis-je être certain
lorsque tu me clames ta passion
avec beaucoup de crainte dans les intonations ?
comment puis-je être certain
lorsque j’accepte de baisser la garde
en appréhendant le revers de bâton ?
et comment croire en notre destin
lorsque tu annules une nuit d’amour
par un simple email informatif ?
comment puis-je être certain ?
comment puis-je être certain ?
on se rencontre, on s’aime, on fait des enfants
et on meurt du cancer
mais pas toi mon amour
oh non pas toi
comment puis-je être certain
lorsque tes mots tendres vacillent
à l’heure du réveil et du premier café ?
et comment croire en notre destin
lorsque l’alchimie sexuelle ne garantit pas
une vie à s’aimer main dans la main ?
comment puis-je être certain
lorsque tu hésites le soir à m’embrasser
par peur de devoir ensuite tout me donner ?
on se rencontre, on s’aime, on fait des enfants
et on meurt du cancer
mais pas toi mon amour
oh non pas toi
Track Name: Pénétration
embrasse-moi
prends ma main
rassure-moi
baise-moi
convalescence
redondance
soi patient
à l’arrache
écoute-moi
déshabille-moi
caresse-moi
sans y croire
impatience
patience
parle-moi
apaise-moi
en silence
pénètre-moi
regarde-moi
sans violence
m’embrasse pas
n’écoute pas
me caresse pas
me baise pas
abstinence
redondance
ne m’apaise pas
sans patience
à l’arrache
me parle pas
m’embrasse pas
dévotion
à reculons
n’écoute pas
me rassure pas
me caresse pas
hibernation
congélation
sois pas cutie
sois pas stupide